Bel Air Mining : départ exigé de Douglas Ross de la Direction des Opérations

A cause du non paiement des salaires, des licenciements abusifs en violation des procédures, des mauvaises conditions de travail (santé, sécurité et hygiène) et une faiblesse présumée du Conseil d’administration face au Directeur des Opérations, une grève paralyse depuis des jours la société Bel Air Mining.

 Selon des sources contactées à Conakry, suite à une Assemblée Générale du 1er juillet 2024, les travailleurs de la société Bel Air Mining filiale guinéenne de Alufer avaient  notifié à leur Direction Générale un avis de grève “pour le non respect des accords signés le 22 mai 2024”. Ces accords sont issus “des négociations annuelles sur la plate-forme revendicative de 2023”.

 Auparavant, “une réunion le 4 juin 2024 avec la Direction des Ressources Humaines pour le paiement des salaires du mois de juin avant la fête de Tabaski n’a pas été fructueuse”.

 S’en suivra, une lettre à l’attention de la Direction Générale “pour le respect du règlement intérieur en ce qui concerne la paie dans l'intervalle du 18 au 25 juin pour ne pas que la banque inflige des pénalités aux employés de Bel Air Mining”. En vain!  

 Et voilà la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.  Les travailleurs ont appris “le paiement exclusif des salaires de tous les expatriés de l’entreprise”.

 Conséquences? “nous avons aussitôt demandé le départ immédiat du Directeur des Opérations M. Douglas” de la société”. Ainsi, “nous serons en grève générale et illimitée dès la nuit du 1er  juillet et ce jusqu'à la satisfaction de notre revendication”. Ainsi dit, ainsi fait.

 Les travailleurs de Bel Air Mining paralysent depuis cette date, toutes les activités sur le site. Pire, des informations font état de “la saisie par la douane d’un bateau minier pour défaut de regularisation”.